Une église sur la Loubianka

novembre 14, 2013 admin

L’accord des autorités civiles de Moscou est officiel depuis hier : en mémoire des néomartyrs et confesseurs de la foi, dont le sang a inondé la terre russe au XXe siècle, une grande église va être édifiée à deux pas de la célèbre place de la Loubianka, au centre de Moscou. Une victoire pour l’Eglise et tous ceux qui souhaitent voir la Russie continuer sur la voie de la résurrection et lutter contre l’oubli de ce terrible passé.


La nouvelle est réjouissante. Le 13 novembre 2013 – hier ! – la Commission au développement urbain du Gouvernement de Moscou a officiellement agréé les plans d’une vaste église dédiée aux Néomartyrs et Confesseurs russes, en plein centre de Moscou.
Elle se dressera au voisinage immédiat de la place de la Loubianka, à deux pas du quartier-général des services secrets et d’une prison synonyme de terreur bolchévique et de répression soviétique. Un projet porté de longue date par l’archimandrite Tikhon (Chevkounov), supérieur du monastère Sretensky (la Sainte Rencontre) – sur le territoire duquel sera édifiée la future église *.
Conçue pour pouvoir accueillir deux mille fidèles, dotée en outre d’une large esplanade permettant des célébrations en plein air, cette église sera dite « sur le sang » (versé) en raison de sa proximité immédiate avec la prison de la Loubianka où eurent lieu d’innombrables exécutions et séances de torture.
Selon l’archimandrite Tikhon : « L’opposition à ce projet a été très forte, mais nous savions ce que nous voulions et nous avions ouvert un concours et un débat public sur ce projet dès octobre 2012. Ce lieu, et la date prévue pour la consécration sont hautement symboliques et je suis très heureux de la conclusion des experts qui a été : «Que l’église soit!» ».
En effet, la consécration est programmée pour février 2017 – période qui marquera le funeste anniversaire du début de la révolution. On ne peut affirmer plus clairement le caractère expiatoire de l’entreprise. C’est aussi la réponse de l’Eglise au scandaleux projet, soutenu par le précédent maire de Moscou, Youri Loujkov, de remettre au cœur de la place de la Loubianka la statue de Felix Dzerjinsky (déboulonnée dès août 1991), chef de la Tcheka, puis du Guépéou, personnage de sanglante mémoire.
La décision prise hier par les autorités civiles de Moscou est donc un signe très positif pour tous ceux qui espèrent voir la Russie se dégager des influences délétères de son passé soviétique. Espérons qu’elles ne jugeront pas utile, dans un « souci d’équilibre » tout à fait schizophrénique, d’autoriser également la réapparition du monument glorifiant le sinistre bourreau. Affaire à suivre.

Source : Parlons d’orthodoxie, plateforme libre de discussion